Communication numérique et cohérence Eco-responsable

Les outils numériques prennent de plus en plus de place dans la communication des événements, mais son utilisation doit être questionnée. Le site internet de Green Europe Experience (GEX) m’a donné envie d’écrire ce petit billet.

J’ai pris connaissance de la démarche Green Europe Experience (GEX) initié par 4 grands événements culturels européens et 2 ONG. Ce projet vise à (ré-)inventer le festival de demain et diminuer leurs impacts sur l’environnement et le climat. Ce projet met le focus sur 2 thématiques: la scénographie et la restauration.

Je salue cette initiative qui, à mon sens, pousse l’ensemble du milieu de l’événementiel à se questionner sur ses pratiques environnementales. En effet, voir des mastodontes tel que le Boom et Dour réfléchir aux menus végétariens et parler de la notion des 7R (Réduire, Réutiliser, Réparer, Réemployer, Recycler, Récupérer, Repenser), même si ce n’est pas révolutionnaire, montre que le discours écolo mené depuis des années infuse dans différents secteurs. Bien qu’à mon sens les réflexions ne devraient pas se limiter à l’alimentation et la scénographie je ne peux que me réjouir de voir ces avancées et espère que ce travail aboutira à un réel changement dans le milieu de l’événementiel.

Pour en revenir au titre de l’article qui parle tout de même de cohérence éco-responsable et de communication numérique… Souvent lorsque l’on discute des solutions éco-responsable en rapport avec la communication on en revient a diminuer la quantité d’imprimés, utiliser des labels pour le papier et l’encre ET utiliser les outils de communication numériques. Cependant nous aimons à rappeler qu’il n’y a pas de solutions miracles et qu’il est nécessaire de toujours réfléchir aux impacts des solutions que l’on met en place.
L’utilisation du numérique a aussi un impact sur l’environnement. Les données sont stockées dans de grands serveurs qui doivent être refroidis et consomment donc de l’énergie. Ne vous y méprenez pas: la communication numérique est une bonne chose, mais son utilisation doit être pensée, son impact mesuré et ses effets questionnés.

Pour faire le lien avec la démarche GEX, leur site web à été pensé pour limiter son impact environnemental: Des pages avec de faibles volumes d’informations à charger, des serveurs approvisionné par de l’énergie renouvelable et refroidit sans climatisation. Ce qui me pousse d’ailleurs à me questionner sur l’impact de notre propre site internet!

Penser l’éco-responsabilité dans sa globalité, faire attention aux détails, avoir la capacité de se remettre en question et toujours essayer de s’améliorer: voilà des pistes pour avoir une démarche éco-responsable.

Lindsy Reynolds – mai 2020